L’obésité dépasse les facteurs socio-économiques, de genre ou de nationalité. C’est un problème de santé global et qui n’est pas restreint à une catégorie de la population.

Cependant, il serait incorrect de suggérer que l’obésité résulte uniquement de patrimoine génétique. Même si le facteur génétique semble jouer un rôle dans la prise de poids, avoir de mauvaises habitudes alimentaires ne conduit pas forcément à l’obésité.

L’état des lieux de l’obésité en France

Le nombre de personnes obèses en France a considérablement augmenté depuis les années 1960. La France fait exception car elle a l’un des taux les plus bas d’obésité dans l’OCDE. Néanmoins ce chiffre est en augmentation constante. 16% des français sont obèses et 46% de la population est concernée par le surpoids.

Bien que la science prenne de plus en plus en compte les facteurs génétiques, l’évolution régulière du nombre d’obèses ne peut pas être attribuée uniquement aux gènes.

La sédentarité, associée à de mauvaises habitudes alimentaires, sont les deux principales causes du nombre toujours plus élevés de personnes en surpoids.

Pourquoi certaines personnes tombent dans l’obésité alors que d’autres seront uniquement concernées par un problème de surpoids ?

Pourquoi certaines personnes sont plus concernées que d’autres par le surpoids ?

Si on analyse uniquement le poids, on peut déterminer différents aspects à prendre en compte:

  • Le nombre de calories consommées
  • Le nombre de calories stockées dans votre corps
  • Le nombre de calories brûlées comme énergie

Ces trois facteurs peuvent être influencés par nos gènes, tout comme notre environnement:

  Gènes Environnement
Calories consommées Appétit, satiété Accès à de la nourriture
Calories stockées Répartition de la masse graisseuse Accès à de la nourriture riches en calorie
Calories dépensées Métabolisme, sédentarité Accès au sport

Il est donc clair que même si les prédispositions génétiques peuvent jouer sur le processus de conversion des aliments en énergie et du stockage des graisses, l’environnement dans lequel nous évoluons est important.

Variantes génétiques

Les études scientifiques à l’échelle du génome tendent à démontrer le rôle des gènes sur le développement de certaines maladies. C’est le cas de l’obésité.

Un minuscule changement dans la structure de l’ADN est appelée variante génétique ou polymorphisme mononucléotidique et peut provoquer certaines maladies.

Les “gènes de l’obésité” ont été découverts dans les chromosomes 16 et 18. Porter ces gènes pourraient donc augmenter de 20 à 30 % le risque de développer de l’obésité.

Dans la majorité des cas, le contrôle du poids ne se limite pas à un type de gène (monogénique) mais est influencé par une combinaison complexe de gènes (polygénique) et par les facteurs environnementaux.

Qu’est-ce que l’hypothèse du ‘gène d’épargne’ ?

Le gène d’épargne, aussi appelé le ‘gène économe’, permettrait de démontrer que nos ancêtres ont pu survivre aux périodes de famine car ce gène favoriserait le stockage de graisses. Celles-ci pouvaient ainsi apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps, en attendant que de nouvelles sources de nourriture soit trouvées.

Les personnes ayant survécu à ces périodes de famine auraient transmis ce gène aux nouvelles générations.

Evidemment, le gène économe n’a plus de réelle utilité dans les pays développés et sa présence obsolète chez certaines personnes favoriserait le surpoids et l’obésité.

Quelle incidence ont nos gènes sur notre poids ?

On estime que plus de 400 gènes jouent un rôle dans le contrôle du poids. Les marqueurs génétiques ayant été identifiés comme contribuant à l’Indice de Masse Corporel (IMC) sont composés d’un vaste éventail du génome humain.

Par conséquent, on peut s’attendre à observer des variantes génétiques dans les zones qui contrôlent l’appétit et le système nerveux. Cependant, l’apprentissage, la mémoire et les émotions sont aussi à prendre en compte.

Le patrimoine génétique peut ainsi avoir une certaine influence sur les facteurs suivants:

  • Niveaux d’appétit
  • Métabolisme
  • Satiété
  • Répartition des graisses dans le corps
  • Réaction psychologique à la nourriture
  • Fingrales
  • Sédentarité

Evidemment, l’influence des gènes sur le poids peut varier d’une personne à une autre. La recherche scientifique semble indiquer que cette influence peut varier entre 25 et 80%.

Comment connaître l’influence de vos gènes sur votre poids ?

Non, ce n’est pas possible. L’unique possibilité pour savoir si votre poids est fortement influencé par vos gènes serait d’effectuer un test ADN. Néanmoins, certains indices peuvent vous donner un début de réponse:

  • Vous avez une ou plusieurs personnes dans votre entourage sujettes au surpoids. Si vos deux parents sont en surpoids, le risque que vous développiez de l’obésité être de 80%
  • Vous avez des difficultés pour perdre du poids
  • Vous avez connu une période de surpoids pendant une grande période de votre vie

Et si vous êtes concerné par ces exemples, vous rencontrez sûrement beaucoup de difficultés à maintenir un poids normal. Il est donc conseillé de consulter votre médecin généraliste ou un diététicien afin qu’il puisse vous aider à maintenir un poids équilibré.

Malgré tous ces faits, il est très rare que l’obésité soit causée uniquement par un seul gène. C’est plutôt la multiple interaction de gènes, tout comme l’environnement, qui sont déterminants.

Les développements futures en matière de génétique et d’obésité

Afin d’améliorer les traitements contre cette maladie, il est important d’avoir une plus grande connaissance du rôle qu’ont les gènes concernant l’obésité.

Le développement de stratégies thérapeutiques plus efficaces dépend d’une meilleure connaissance de la biologie sous-jacente à l’obésité et au surpoids.

Ainsi, les nouvelles stratégies pour perdre du poids devraient dans le futur se concentrer sur les spécificités génétiques individuelles pour éviter les symptômes de l’obésité.

L’obésité n’est pas causée par un seul facteur. Il est important de se rappeler que le rôle de la génétique dans le contrôle du poids est faible et que les prédispositions familiales à l’obésité ne sont pas inévitables.

Si vous souhaitez perdre du poids, améliorez votre régime alimentaire est la première étape importante. Cependant, si vous rencontrez de réels problèmes pour maigrir, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé. Si votre surpoids entraîne un risque pour votre santé, votre docteur peut vous suggérer la prescription d’un traitement médical. Cette solution médicale doit être inclue dans un programme complet, alliant exercices physiques et régime alimentaire équilibré.