L’obésité est un problème de santé majeur. Cette maladie, dont l’étendue se généralise (on parle d’hier d’épidémie), peut augmenter le risque de maladies chroniques dont le diabète de type 2, les maladies cardiaques coronariennes, l’hypertension et même certains cancers.

Cela peut aussi avoir un impact négatif sur la santé mentale du patient et sur l’estime de soi.

Les effets de l’obésité ne peuvent être uniquement analysés d’un point de vue individuel puisque l’accroissement du nombre de personnes obèses constitue un enjeux pour les services publics et la société dans de nombreux pays du monde.

Tendances de l’obésité en France

Les données les plus récentes concernant l’obésité en France comptabilise 40% de la population française en surpoids, dont obèse. Le taux d’obésité est l’un des plus faibles des pays de l’OCDE, mais on constate néanmoins une progression constante. A la fin des années 1990, le taux de surpoids était d’un peu plus de 30% en France. Les prévisions de l’OCDE estime que peu avant 2020, 45% des français adultes devraient être en surpoids.

A titre d’exemple, en 1965, 3% des enfants en âge scolaire étaient obèses. En 2014, l’OCDE a comptabilisé 15% d’enfants obèses ou en surpoids en France.

Même si la situation est moins catastrophique que dans d’autres pays, comment peut-on expliquer cette évolution ?

Les 50 dernières années ont été l’objet d’évolutions importantes :

  • De plus en plus de personnes utilisent leur véhicule personnel pour se déplacer
  • L’apparition des supermarchés et hypermarchés
  • Le succès des chaînes de restaurations rapides et de la “junk food” en général
  • Le développement d’aliments riches en calories
  • L’accroissement des revenus financiers de la population

Dans le même temps, on a constaté une diminution des habitudes suivantes:

  • Consommation de plats préparés à la maison
  • Emplois exigeant un investissement physique important
  • La durée des activités ménagères
  • Le nombre de personnes marchant pour aller travailler

Quelles sont les régions françaises les plus concernées par l’obésité ?

Selon les régions, le nombre de personnes obèses n’est pas le même. Plusieurs études réalisées ces dernières années ont permis de montrer que les régions au nord de la France sont les plus touchées par l’épidémie d’obésité. De 18 à 21% de la population des Hauts-De-France et du Grand Est est obèse. A titre de comparaison, les régions du sud et de l’ouest, dont la Bretagne, ont le taux le moins élevé (12%).

Cette disparité géographique s’expliquerait en partie par des raisons socio-économiques puisqu’on constate que plus l’on fait de longues d’études, plus le taux d’obésité est faible, même si le nombre de personnes obèses augmente de manière globale.

Quelles sont les causes de la progression de l’obésité en France ?

On ne peut toujours pas expliquer pourquoi certaines personnes, plutôt que d’autres, développent une obésité grave. Néanmoins, le monde médical est d’accord pour dénoncer plusieurs facteurs qui aggravent la prise de poids:

  • De nombreux aliments riches en calories ou en énergie sont bon marchés et disponibles dans de nombreux commerces
  • Un manque de connaissance quant à la cuisine: de plus en plus personnes prennent peu de temps pour cuisiner leur repas. Or c’est une étape essentielle pour s’assurer de manger sainement
  • L’augmentation du phénomène de sédentarité: comme il l’est déjà indiqué plus haut dans le texte, se déplacer en voiture est devenue la norme pour de nombreuses personnes et des institutions internationales telles que l’OMC s’inquiètent du déficit de mouvement dans la population
  • On mange des portions plus importantes : La multiplication des fast-foods, des restaurants et des snacks ont notamment eu pour conséquence d’augmenter la quantité ingurgitée par personne, à un prix très bas

La prévalence de l’obésité en Europe

En comparaison avec ses voisins européens, la France est moins touchée par l’obésité. Néanmoins, c’est une réalité et le nombre de français en surpoids ou en obésité augmente de manière constante.

Classement de l'obésité en Europe selon les données de l'OCDE (hommes et femmes, 2012).

Hongrie 26,3%
Royaume-Uni 24,4%
Irlande 22%
Luxembourg 24,1%
Islande 22,7%
République tchèque 21%
Grèce 17,7%
Estonie 18,6%
Slovénie 21,1%
Slovaquie 17,7%
Espagne 17,5%
Pologne 16,6%
Finlande 16,1%
Portugal 14,6%
Allemagne 15,7%
France 14,5%
Belgique 13,1%
Danemark 13,7%
Autriche 12%
Pays-Bas 11,2%
Suède 11,7%
Italie 11,3%
Suisse 11,2%
Norvège 11%

Aucun pays n’a pour l’instant réussi à inverser la courbe de l’obésité. Néanmoins, la Finlande a réussi à ralentir cette progression, ainsi que le nombre de décès causés par une maladie cardiaque coronarienne.

Comment la Finlande a réussi à réduire le nombre d’obèses ?

Ces dernières années, ce pays a mis en place une campagne gouvernemental forte, alliée à une politique éducative et à une coopération avec l’industrie alimentaire pour encourager des habitudes saines.

Il serait simpliste de penser qu’en suivant ces mesures, les autres pays du continent européen peuvent aussi réduire le taux d’obésité. En effet, la Finlande se compose de cinq millions d’habitants et à l’heure actuelle, a peu été influencée par les autres sociétés. C’est peut-être ce qui permet d’expliquer que les habitants de la Finlande sont moins confrontés aux problèmes précédemment évoqués.

Prévalences mondiales de l’obésité

L’épidémie d’obésité à l’échelle mondiale n’en finit plus de s’accroître, bien au delà de l’Europe. Le taux le plus élevé d’obésité est en Amérique, et la partie du monde la plus épargnée est le Sud-Est de l’Asie.

Le Japon a un taux extrêmement bas et ne semble pas concerné pas l’implantation de fast-foods et autres habitudes alimentaires néfastes pour la santé. Les habitudes alimentaires ont légèrement évolué et ne semblent pas avoir de conséquences sur le poids de ses habitants.

Pourquoi le Japon est un cas à part ?

  • Le prix des aliments est généralement plus élevé
  • Le régime alimentaire moyen des japonais contient 200 calories de moins que la moyenne des repas américains
  • Acheter et conduire une voiture est plus cher au Japon, les japonais marchent donc plus
  • La loi Metabo mise en application en 2008 impose aux hommes et femmes âgés entre 40 et 74 ans de voir leur taille mesurée chaque année. Les patients en surpoids ou obèses recevront une aide médicale
  • Un taux important d’obésité dans la population d’un pays n’est pas nécessairement un indicateur de son avancement économique puisqu’on constate que de nombreux pays “riches” sont concernés par la problématique du surpoids. Néanmoins, sans tomber dans la caricature, il semblerait que la prévalence à l’obésité est plus fréquente chez les populations ayant des revenus élevés

En 1980, seulement 8% des femmes et 5% des hommes dans le monde étaient obèses. Entre 1995 et 2000, le nombre de personnes diagnostiquées comme étant obèses a explosé, pour atteindre le nombre de 100 millions. En 2014, 15% des femmes et 11% des hommes étaient obèses.

Cela signifie qu’à l’échelle mondiale, presque 500 millions de personnes sont obèses. La même année, 39% de la population était concernée par le surpoids.

Décès liés à l’obésité

Les personnes obèses ont un risque élevé de développer certaines maladies liés à l’obésité comme de l’hypertension, du diabète de type-2, des maladies cardiaques et des cancers. L’obésité peut avoir un aspect négatif sur chaque aspect de votre santé.

Au niveau mondial, l’OMS estime que 2,6 millions meurent chaque année à cause de l’obésité.

L’obésité comme cause de mortalité devrait bientôt être supérieure au tabac et provoque plusieurs dizaines milliers de cancers chaque année. D’ailleurs, il semblerait que certains cancers apparaissent 20 ans après.

On estime que l’obésité peut réduire de neuf ans l’espérance de vie.

Combien coûte l’obésité au système de santé français ?

Selon une étude réalisée par le Cabinet IMS Health, le surpoids et l’obésité coûteraient chaque année 5 milliards d’euros par an. Le coût total pour la France serait de plus de 50 milliards par année.

Ce coût s’explique par la multiplication des maladies chroniques. C’est pour cette raison que la prévention est primordiale. En outre, pour soulager le coût de l’obésité, les autorités publiques évoquent depuis plusieurs années l’instauration d’une “taxe sucre”. Cet argent permettrait de financer les politiques de santé concernant l’obésité.

Quelle évolution de l’obésité pour les prochaines années ?

En se fondant sur les données actuelles, la progression de l’obésité dans les prochaines années ne devrait pas freiner. Selon les chiffres évoqués précédemment, l’OMC prévoit une augmentation constante du nombre d’obèses dans le monde.

Concernant la France, l’OMC estime qu’en 2030 25% à 29% des français seront obèses. La France est pourtant relativement préservée puisqu’à titre de comparaison, presque l’ensemble des irlandais seront en surpoids (89%). 36% des hommes et 34% des femmes britanniques seront obèses.

Comme mentionné ci-dessus, l’obésité peut provoquer l’apparition de nombreuses maladies, qui ont des conséquences directes sur la société et le système de santé. Une augmentation du nombre d’obèses provoquera un accroissement des maladies chroniques et donc une sollicitation plus importante du système de santé. Les conséquences médicales peuvent être l’augmentation du nombre de patients amputés (diabète), aveugles et sujets à des dialyses rénales.

La société doit s’adapter à ce nouveau défi de santé publique. A titre d’exemple, la taille des vêtements pour enfants a augmenté. Les compagnies aériennes doivent adapter la taille des sièges d’avion pour permettre aux passagers ayant des problèmes de poids de voyager.

Notre environnement actuel est un terreau fertile à de nouvelles générations d’obèses. Il a été prouvé que la prévention de la maladie est beaucoup plus efficace que son traitement une fois que celle-ci s’est développée. Il est en effet particulièrement difficile pour les personnes obèses de lutter contre la prise de poids.

Quelles stratégies privilégier pour réduire le taux d’obésité ?

Il n’y a pas une solution unique qui permettrait de résoudre ce problème de santé publique. C’est un ensemble de stratégies sociales et économiques qui permettra de réduire le taux d’obésité dans nos sociétés:

  • Rendre les aliments sains pour la santé plus abordables
  • Imposer des restrictions quant à la publicité des aliments mauvais pour la santé
  • Réduire les publicités pour enfants concernant les aliments non équilibrés
  • Introduire des taxes sur les aliments non équilibrés
  • Réduire le niveau de sucres et de graisses dans les aliments transformés
  • Améliorer l’étiquetage et l’emballage des aliments
  • Améliorer l’éducation des enfants concernant l’alimentation
  • Promouvoir directement dans les supermarchés les aliments bons pour la santé
  • Promouvoir la pratique d’une activité sportive régulière