La prise de poids peut généralement être attribuée à l’équation suivante : une consommation de calories plus importantes que celles dépensées associée à un régime alimentaire déséquilibré et à un déficit d’exercices physiques. Le surpoids peut être évité en consommant des aliments bons pour la santé et équilibrés et en pratiquant régulièrement une activité sportive.

Cependant, dans certains cas, la prise de poids peut être en partie attribuée à un problème de santé spécifique ou au suivi de certains traitements médicaux.

Nous allons donc évoquer en détail les maladies qui peuvent engendrer comme symptôme une prise de poids.

  1. Hypothyroïdie
  2. Polykystose ovarienne
  3. Dépression et anxiété
  4. Rétention d’eau
  5. Syndrome de cushing

Hypothyroïdie

L’hypothyroïdie, aussi appelée déficience en hormone thyroïdienne, est une maladie causée par des niveaux faibles des hormones produites par la glande thyroïdienne et permettant de contrôler le métabolisme du corps. Ce trouble est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes peuvent prendre des années avant de se développer et engendrer notamment une perte de poids.

Attention à ne pas confondre l’hypothyroïdie avec l’hyperthyroïdie, résultant d’une surproduction des hormones de la glande thyroïdienne.

La thyroïde est une glande en forme de papillon et endocrine, située juste en dessous de la pomme d’Adam. Elle libère des hormones thyroxines (aussi appelée T4), dont la plupart seront transformées en hormones triiodothyronines (T3) par les organes du corps comme les reins ou le foie.

Ces hormones régulent le métabolisme du corps; les réactions chimiques décomposent les molécules se trouvant dans les aliments et les convertissent en énergie. Ce processus est indispensable à la croissance et au développement musculaire. Il permet aussi aux organes de fonctionner correctement et d’aider à leur réparation quand il sont endommagés.

L’hypothyroïdie apparaît quand la glande ne peut pas produire assez de thyroxines. Le métabolisme ne peut donc pas fonctionner comme il se doit et le corps s’affaiblit.

Ce processus peut se produire sur plusieurs années. Certains symptômes apparaîtront de manière discrète et s’aggraveront au fil des années:

  • Prise de poids
  • Fatigue
  • Grande sensibilité au froid
  • Douleur généralisée et rigidité des muscles et des articulations
  • Dépression
  • Constipation
  • Cycle menstruel perturbé
  • Moins alerte sur le plan intellectuel
  • Sécheresse de la peau et des cheveux

Si la maladie n’est pas soignée, elle peut engendrer une maladie cardiaque, des problèmes de fertilité, des troubles mentaux et des lésions nerveuses.

La diminution de la production d’hormones est généralement attribuée à des dommages subis par la glande thyroïdienne. Dans de nombreux cas, cette dernière sera attaquée par le système immunitaire via une thyroïdite auto-immune. La plus fréquente est la thyroïdite de Hashimoto. Cela peut provoquer un gonflement de la glande et engendrer l’apparition d’une grosseur dans la gorge aussi appelée goitre. Non soigné, ce dernier peut augmenter en taille, être disgracieux et entraîner des difficultés respiratoires et d’ingurgitation.

L’hypothyroïdie peut aussi résulter d’une opération chirurgical ou de médicaments pour une hyperthyroïdie ou un cancer de la thyroïde. Le lithium, mais aussi l’interféron et l’amiodarone peuvent provoquer la maladie.

Certaines infections virales peuvent générer des dommages temporaires sur la thyroïde. L'hypothyroïdie congénitale concerne 1 nouveau-né sur 3000, ainsi que les personnes ayant des antécédents familiaux d’hypothyroïdie congénitale ou d’une maladie auto-immune.

Si vous pensez avoir une hypothyroïdie, veuillez consulter votre docteur qui pourra vous prescrire un test sanguin pour mesurer vos niveaux d’hormones. Si vous êtes diagnostiqué, votre docteur vous prescrira une hormonothérapie substitutive. Ce type de traitement se présente généralement sous forme de comprimés, à base de lévothyroxine. Il est possible que ce traitement doit être suivi à vie.

Les comprimés permettent de compenser les effets de thyroxine et à retrouver un taux normal d’hormones. Un certain délais peut être nécessaire avant que votre médecin trouve le bon dosage et plusieurs mois peuvent passer avant que vous remarquez une amélioration. Vous devrez aussi effectuer des tests sanguins réguliers pour vérifier vos niveaux d’hormones.

La prise de poids est un effet secondaire fréquent de l’hypothyroïdie. Cependant, le nombre de kilos pris directement à cause de la maladie est relativement faible puisqu’il se situe entre 5 et 10 kilos. Il est très rare qu’un patient grossisse de plus de 20 kgs.

Lorsque le patient suit un traitement adapté, il peut perdre jusqu’à 10% de son poids total. Mais selon l’Association Américain de la Thyroïde, le nombre de kilos perdus peut être minime si la maladie est présente depuis une longue période.

Si vous avez pris du poids, mais n’avez pas développé d’autres symptômes propres à l’hyperthyroïdisme, il est très peu probable que vous souffriez de cette maladie. De manière similaire, si vous avez été traité avec succès pour de l'hyperthyroïdie, mais que vous êtes toujours en situation de surpoids, la cause est sûrement autre.

Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Ce syndrome concernerait 10% des femmes en France. La majorité d’entre elles ne développeront pas de symptômes, mais dans le cas contraire ils apparaîtront à la fin de l’adolescence ou pendant la vingtaine.

La maladie a été identifiée comme étant liée à une résistance de l’hormone insuline et à un taux disproportionné d’androgènes (hormones masculines sexuelles, aussi présentes chez les femmes).

Le SOPK apparaît quand le développement d’ovules dans les ovaires est entravé par des niveaux élevés de testostérone. Les follicules où sont produits les ovules ne sont pas en capacité de les libérer au moment de l’ovulation.

Par conséquent, ce syndrome se traduit par des règles irrégulières et des troubles de la fertilité, par un excès de pilosité, une chute de cheveux et de l’acné.

Des niveaux importants d’insuline peuvent engendrer des difficultés pour transformer le glucose en énergie. C’est ce qui explique la prise de poids. C’est un cercle vicieux car la prise de poids encourage le corps à produire encore plus d’insuline.

Les androgènes présents dans le corps peuvent aussi favoriser la prise de poids autour de la taille, qui augmente le risque de problèmes de santé tels que le développement de maladies cardiaques ou de diabète de type 2.

Il n’existe pas de traitement pour le SOPK, mais les symptômes peuvent être contrôlés grâce à des changements du mode de vie, un traitement médical ou une combinaison des deux. Mincir de 5% de votre poids total grâce à une pratique sportive et un ajustement de votre régime alimentaire peut grandement améliorer vos symptômes.

Votre docteur peut aussi décider de vous prescrire des statines ou un médicament pour perdre du poids, ou des traitements pour la fertilité qui permettent à la majorité des femmes souffrant du SPOK de pouvoir tomber enceinte.

Dépression et anxiété

Chaque année, une personne sur quatre est concernée par des problèmes de santé mentale. Alors que la plupart des patients concernés par une dépression ou de l’anxiété perdront du poids, un certain nombre d’entre eux peuvent aussi prendre du poids. Dans les deux cas, les conséquences sur la santé peuvent être graves.

Des troubles du sommeil, un manque d’énergie ou de motivation et la sensation de ne pas être à la hauteur peuvent avoir pour conséquence de fuir les activités en physique ou en extérieur et de compenser son mal-être par une consommation excessive de produire sucrés ou élevés en calories. Lorsqu’on prend du poids, la perte de confiance en soi ou d’estime peuvent générer un cercle vicieux et favoriser le surpoids.

Il existe de multiples mesures permettant d’améliorer la santé mentale. En plus de consulter un médecin pour éventuellement obtenir un médicament, suivre une thérapie, des exercices physiques peuvent aussi aider. Passez du temps avec sa famille et ses amis, essayez un nouvel hobby ou rencontrer un groupe partageant vos mêmes intérêts peut grandement améliorer votre situation.

Rétention d’eau

Médicalement appelé oedème, l’accumulation de plasma sous la surface de la peau entre les différentes zones de tissue ou entre les organes du corps, est extrêmement fréquent. Ils touchent majoritairement les pieds ou le bas des jambes. Bien que dans certains cas, les symptômes soient de courte durée, la présence d’un oedème peut aussi être le signe d’une maladie plus sérieuse.

La prise de poids est l’un des symptômes de l’oedème. Ce dernier peut aussi provoquer des courbatures musculaires, des articulations et des membres et provoquer un changement de la couleur de la peau. L’oedème dit dur est reconnaissable par le renfoncement provoqué lors de la pression sur la zone concernée.

Les oedèmes peuvent être le symptôme d’une grossesse, d’une maladie touchant les organes internes tels que le coeur, le foie et les reins. C’est aussi un effet secondaire de la pilule contraceptive, des corticostéroïdes et des médicaments pour l’hypertension artérielle.

Les symptômes de la rétention d’eau disparaîtront généralement d’eux même, mais s’ils persistent, veuillez consulter votre médecin car cela pourrait être l’indicateur d’une maladie non-diagnostiquée. Le docteur peut vous prescrire un médicament et vous conseillez de changer certaines habitudes de vie en ce qui concerne votre régime alimentaire ou la pratique d’une activité sportive.

Le syndrome de Cushing

C’est une maladie rare, causée par un surplus de l’hormone cortisol. Les symptômes apparaîtront suite à une exposition prolongée aux médicaments corticostéroïdes. Ce syndrome peut aussi résulter de la croissance d’une tumeur dans la glande pituitaire. Il sera appelé dans ce cas syndrome de Cushing endogène ou maladie de Cushing.

La prise de poids associée au syndrome de Cushing affecte le visage, tout comme la partie centrale du corps. Les graisses s’accumuleront aussi dans la zone entre les épaules et dans le dos du cou, formant une bosse. Les personnes souffrant de ce syndrome peuvent voir leur peau se fragiliser, marquer facilement, se décolorer et être marquée par des vergetures. Les patients peuvent aussi être victime d’hypertension artérielle, de fragilité osseuse, de problèmes de fertilité et de dépression.

Le diagnostique du syndrome de Cushing peut être un processus long, car les symptômes apparaîtront graduellement et peuvent être similaires à ceux de l’hypothyroïdie ou de l’hypertension artérielle. Si vous êtes diagnostiqué, votre docteur vous prescrira un dosage adapté de corticostéroïdes ou un médicament permettant d’inhiber les effets du cortisol.

Si vous souffrez du syndrome de Cushing, une opération chirurgicale peut être nécessaire pour retirer la tumeur de la glande pituitaire.

Parlez-en à votre docteur

Si vous êtes inquiet de votre poids, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Il pourra déterminer la cause de votre prise de poids, notamment si celle-ci est d’origine médicale.

Il sera possible de vous prescrire un médicament adapté, mais aussi de vous aider à effectuer les changements nécessaires pour améliorer votre santé et éventuellement vous aider à perdre du poids.

Dernière révision:  03/11/2017