214,41 €

Avant de commencer votre traitement dans le cadre d’une prophylaxie pré-exposition, il est important de vous assurer que vous n’avez pas déjà contracté le VIH ou une autre IST et que le médicament puisse vous être prescrit.

Le but de cette page est donc de vous expliquer les conseils à suivre avant de prendre votre médicament PrEP et pendant toute la durée du traitement.

Avant de commencer votre PrEP

  1. Avoir été testé pour l’ensemble des IST

Les traitements PrEP tels que Truvada, sont spécifiquement élaborés pour les patients séronégatifs. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’être dépisté avant d’entamer le traitement. Il y a deux raisons expliquant cette précaution:

  • Tout d’abord, il existe d’autres traitements plus adaptés aux patients ayant été diagnostiqués séropositifs et qui permettront de lutter plus efficacement contre le virus;
  • Ensuite, si une personne séropositive suit un traitement PrEP, le risque de résistance du virus au médicament augmentera

Il est recommandé d’effectuer un test antigène anti-VIH de quatrième génération. Les autres tests pour diagnostiquer le VIH peuvent ne pas diagnostiquer les infections contractées récemment. En effet, trois mois peuvent être nécessaires avant que les anticorps soient détectés par le dépistage. Les tests de 4e génération sont beaucoup plus fiables pour détecter une contamination récente (contaminations entre 4 et 12 semaines).

  1. Effectuer un dépistage IST 4 semaines plus tard

Il est possible que les tests de 4e génération ne détectent pas les infections contractées dans les 4 semaines précédents le dépistage. Par conséquent, si votre premier test est négatif, il est important d’effectuer un nouveau dépistage quatre semaines plus tard pour confirmer le résultat.

  1. Effectuer un contrôle sanguin de vos reins

Il est rare, mais pas impossible, que le traitement PrEP interfère avec votre fonction rénale. Ce risque à une probabilité plus importante d’arriver aux patients ayant des problèmes rénaux pré-existants ou qui suivent d’autres traitements médicaux pouvant affecter le fonctionnement des reins.

Pour cette raison, il est idéalement conseillé d’effectuer un test sanguin avant de commencer votre traitement PrEP, dans le but de contrôler votre fonction rénale. Pour cela, veuillez directement demander conseil à votre médecin.

  1. Se faire vacciner

Si vous êtes sexuellement actif et avait un risque important de contracter le VIH, il est important que vos vaccins soient à jour. Cela inclut la grippe, l’hépatite A-B et le VPH (papillomavirus humain). La vaccination n’élimine pas complètement le risque de contracter ces virus mais le diminue drastiquement.

Si vous n’avez pas été vacciné contre les virus cités précités, veuillez en parler à votre docteur.

Pendant le traitement PrEP

  1. Dépistage contre les IST tous les 3 mois

Les patients suivants un traitement PrEP doivent continuer les dépistages IST et réaliser un test VIH de 4e génération tous les trois mois. Et ce, peu importe que vous ayez des symptômes ou non.

Bien que le risque de contracter le VIH pendant le suivi d’un traitement PrEP est faible, il est néanmoins essentiel d’être régulièrement dépisté. Encore une fois, cette exigence s’explique par le fait que le virus peut développer une résistance aux médicaments de la prophylaxie pré-exposition. Même si le risque de contraction pendant la prise de Truvada ou de sa version générique est très faible, la contraction du VIH imposera de changer de traitement médical pour un médicament plus adapté à la situation.  

Pour être dépisté aux IST, vous pouvez consulter votre médecin généraliste ou vous rendre dans un centre de dépistage. Vous avez aussi la possibilité d’acheter un test à utiliser directement chez soi.

  1. Avoir des rapports sexuels protégés

Le PrEP réduit le risque de contraction du VIH. Néanmoins, il est essentiel de suivre certaines précautions préventives:

  • Utiliser des préservatifs ou une autre contraception barrière
  • Ne pas partager d’accessoires sexuels ou d’autres objets entrant en contact avec des fluides corporels
  • Ne pas partager d’aiguilles ou de seringues
  1. Consulter rapidement votre médecin si vous remarquez quelque chose de suspect

Si vous développez des symptômes inhabituels ou des effets indésirables pendant le suivi de votre traitement PrEP, veuillez en parler  dans les plus brefs délais à votre médecin généraliste:

  • Température élevée
  • Etat souffrant ou diarrhée
  • Douleurs articulaires ou musculaires
  • Ganglions lymphatiques enflés
  • Eruption cutanée
  • Maux de tête
  • Augmentation de la transpiration

Si vous avez des doutes quant à la posologie de votre médicament, n’hésitez pas à demander conseil à votre docteur ou pharmacien.

Dernière révision:  20/11/2018