Comme leur nom l’indiquent, les infections sexuellement transmissibles (IST) se transmettent d’une personne à une autre via des rapports sexuels.

Afin de réduire le risque de contraction, il est indispensable d’avoir des rapports sexuels protégés. Nous vous proposons donc un récapitulatif des méthodes les plus efficaces pour empêcher la contraction d’une IST.

Des rapports sexuels sans pénétration

Si vous êtes concerné par une IST, l’abstinence est la méthode la plus efficace pour éviter toute propagation jusqu’à votre guérison totale.

Mais en cas de rapports sexuels, il peut être avisé de se limiter aux préliminaires. Sachez néanmoins que les sécrétions vaginales et masculines ne doivent pas entrer en contact avec la bouche, l’anus, le pénis ou le vagin.

En outre, il est nécessaire de garder à l’esprit que si le virus de l’herpès est présent dans la bouche, ce dernier peut se contracter via un simple baiser. Lorsque l’herpès labial est actif, il se manifeste souvent pas l’apparition de boutons de fièvre autour de la bouche.

Le virus de l’herpès peut se transmettre de la bouche vers les parties génitales et vice-versa par l’intermédiaire du sexe oral.

Quelle protection utiliser ?

Il est tout à fait possible de profiter de relations sexuelles protégées.

Les femmes peuvent utiliser des préservatifs féminins. Quand ces derniers sont utilisés correctement, ils permettent de protéger à 95% contre les IST et le risque de grossesse. Avant votre rapport sexuel, insérez délicatement l’anneau interne dans le vagin, après avoir pressé ce même anneau entre le pouce et l’index afin qu’il devienne long et étroit.

Les préservatifs masculins sont beaucoup plus courants que les préservatifs féminins. Cette méthode barrière permet de protéger efficacement contre une grossesse non désirée et la transmission d’IST dont la chlamydia, la gonorrhée, la syphilis et le VHS-2. Le préservatif doit être placé sur le pénis, avant d’être déroulé sur toute la longueur. Vous devez vous assurer qu’il n’y pas d’air entre la peau et le préservatif.

Il existe aussi des préservatifs sans latex, mais ils n’offrent pas le même degrés de protection.

Au moment de retirer le préservatif, assurez-vous qu’aucune semence ne déborde. En outre, vous devez immédiatement placer le préservatif usagé dans une poubelle. Les préservatifs sont à usage unique. Une deuxième utilisation pourrait réduire sa résistance et augmenter le risque de contraction d’IST.

Si vous n’êtes pas familier avec les préservatifs, il est conseillé d’effectuer plusieurs essais de vous même afin d’être à l’aise au moment de votre prochain rapport sexuel. En outre, n’oubliez pas que les IST peuvent se transmettre à tout moment, et non pas juste pendant l’éjaculation.

Le sexe oral concerne tout acte dont la bouche ou la langue incluant un contact avec les parties génitales ou l’anus.

Oral sex involves any act where the mouth or tongue comes into contact with the genitals or anus.

Lors d’un acte sexuel oral, une protection doit être utilisée pour empêcher la transmission d’une éventuelle IST, peu importe la partie du corps concernée. Vous pouvez recourir à un préservatif masculin ou à une digue dentaire pour recouvrir les parties génitales féminines ou l’anus.

Le sexe anal inclut la pénétration de l’anus avec le pénis, les doigts ou des accessoires sexuels et constitue un risque important de propagation des IST. Cela s’explique par le fait que le revêtement de l’anus est fin et donc plus enclin à l’infection. Le préservatif permettra de vous protéger contre la transmission d’IST.

Enfin, n’oubliez pas que les accessoires sexuels peuvent aussi être porteurs d’infection. Ainsi l’hépatite peut vivre en dehors du corps pendant plusieurs semaines. Pour réduire toute IST, il est conseillé de nettoyer vos accessoires sexuels après chaque utilisation, d’autant plus s’ils sont partagés entre différentes personnes. Si vous êtes concerné par le partage d’accessoires sexuels, n’hésitez pas à utiliser un préservatif.

Effectuer des tests réguliers

Afin de limiter toute propagation d’IST, il est d’abord primordial de vous assurer que vous n’avez pas d’infections. Dans le cas contraire, vous devez suivre un traitement médical aussi rapidement que possible.

Il est important d’effectuer des tests réguliers, notamment si vous avez des rapports sexuels non protégés ou un nouveau partenaire. Les tests pour les IST sont très faciles à réaliser, généralement sous forme de test urinaire.

Est-ce que je peux me faire vacciner ?

Actuellement, il n’existe aucun vaccin pour les IST. Néanmoins, si vous avez un risque important de contraction d’hépatite A ou B, vous pouvez en discuter avec votre médecin traitant afin qu’il envisage éventuellement une vaccination.

Anticiper

Si vous envisagez d’avoir des relations sexuelles, il est important de penser à la protection que vous utiliserez. Vous pouvez aussi en discuter avec votre partenaire et savoir s’il a été récemment testé.

Relations sexuelles non suivies

Les personnes ayant des partenaires sexuels différents ou plus de deux partenaires ont un risque plus élevé de contracter une IST. Si vous êtes dans une relation monogame, cela peut être une bonne idée que vous et votre partenaire effectuiez les tests nécessaires pour vous assurez que vous n’avez pas d’IST cachée.

Adopter de bons réflexes peut prévenir la propagation des IST. Il existe de multiples options vous permettant de profiter en toute sécurité de vos relations sexuelles.