Le mycoplasme et l’ureaplasma sont deux types de bactérie qui peuvent se transmettre d’une personne à une autre lors d’un contact sexuel. Cependant, ces deux infections ne sont pas classées comme étant des infections sexuellement transmissibles.

Les connaissances concernant ce type d’infections et leurs conséquences sur le long terme sont encore limitées.

Qu’est-ce que le mycoplasme et l’ureaplasma ?

Le mycoplasme et l’ureaplasma sont:

  • Des cellules bactériennes
  • L’un des plus petits organismes vivants
  • Difficiles à identifier en raison de leur taille
  • Caractérisées par un manque de parois cellulaires, contrairement aux autres types de bactérie

Il semblerait qu’il existe de multiples types de bactéries mycoplasmes. La majorité d’entre elles sont inoffensives et ne devraient pas causer de problèmes de santé. A l’heure actuelle, on considère que seules quatre catégories de ces bactéries peuvent engendrer des infections chez l’homme:

  • Mycoplasme Pneumoniae - Aussi appelé pneumonie atypique. Elle peut se contracter suite à la respiration de fluides respiratoires infectés. L’infection peut causer des symptômes tels que des sifflements, des maux de gorge, de la toux, des maux de tête et de la fatigue. La plupart des cas sont bénins et n’entraîneront pas de pneumonie
  • Mycoplasme Genitalium - Identifiée dans les années 1980, cette infection particulière peut causer chez les hommes des urétrites non-gonococciques ou non-chlamydiales et des cervicites chez les femmes. Cependant, ce type d’infection est généralement asymptomatique. Une recherche scientifique sur le sujet suggère qu’il y a un lien entre les infections à mycoplasme genitalium et l’infertilité féminine. En effet, la bactérie a été plus fréquemment identifiée chez les femmes souffrant d’une maladie inflammatoire pelvienne. Cependant, le lien direct entre ces deux maladies n’a pas encore été établi
  • Mycoplasme Hominis - L’infection à mycoplasme hominis peut causer chez les hommes infectés une sécrétion de l’urètre et des douleurs au moment d’uriner. Il y a certaines preuves suggérant que cette infection peut être liée à la maladie inflammatoire pelvienne et engendrer une grossesse extra-utérine. Le mycoplasme hominis est aussi lié aux cas de vaginose bactérienne, qui elle-même peut engendrer des naissances prématurées et des fausses couches. Cependant, il n’y a pas assez de recherches sur le sujet pour apporter des conclusions définitives
  • Ureaplasma urealyticum - C’est un type d’infection des voies urinaires, qui peut se contracter via des contacts sexuels. Il est possible que la femme enceinte infectée transmette l’infection à son foetus via l’utérus ou lors de la naissance. Dans la plupart des cas, l’infection est bénigne mais elle a aussi été liée à des naissances prématurées, une insuffisance pondérale à la naissance, la contraction d’une pneumonie ou d’une septicémie

Quelles sont les causes à l’origine des infections à mycoplasmes et ureaplasma ?

Les bactéries à mycoplasmes et ureaplasma peuvent vivre dans les voies urogénitales et respiratoires de personnes en bonne santé et être tout à fait bénignes. Les cellules bactériennes se développent sur notre peau et dans notre corps sans que l’on s’en rende compte. Néanmoins, elles peuvent causer certains problèmes lorsque notre équilibre bactérien est déséquilibré.

Les infections à mycoplasme ou ureaplasma peuvent se transférer lors de rapports sexuels, mais ne seront pas catégorisées comme infections sexuellement transmissibles. La bactérie évolue dans la muqueuse, à l’intérieur des voies urogénitales.

Vous pouvez contracter une infection à mycoplasme ou ureaplasma lors du contact direct avec les cellules infectées, par l’intermédiaire du contact de parties génitales vers d’autres parties génitales ou de contacts buccaux-génitaux. Les études scientifiques sur le sujet ont déterminé une possible contamination de la mère à l’enfant in utero ou lors de l’accouchement.

Les personnes immunodéprimées ont un risque élevé de contracter cette catégorie d’infections et devront suivre un traitement spécifique si l’infection est identifiée.

La pneumonie mycoplasme évolue dans le mucus des voies respiratoires et peut se transférer via l’inspiration de gouttelettes infectées.

Quelles sont les symptômes des infections à mycoplasme ou ureaplasma ?

Comme nous l’avons déjà indiqué, ces deux infections sont généralement asymptomatiques. Par conséquent, les personnes infectées ne remarqueront aucun symptôme.

Néanmoins, lorsque des symptômes se manifestent, on peut citer les signes suivants:

Chez la femme:

  • Douleurs pendant un rapport sexuel
  • Saignement post coïtal
  • Sensation de brûlure lorsqu’on urine
  • Sécrétions vaginales
  • Sécrétions urétrales
  • Gonflement des parties génitales
  • Douleurs dans la zone de l’estomac

Chez les hommes:

  • Urétrite
  • Sensation de picotement au moment de l’uriner
  • Sécrétions du pénis

Est-ce que les infections à mycoplasme ou ureaplasma sont fréquentes ?

Les bactéries à mycoplasme et ureaplasma sont généralement présentes dans les voies urogénitales basses des hommes et femmes sexuellement actifs. Cependant, elles n’engendrent pas toujours d’infection.

Une étude récente a suggéré que jusqu’à un pour cent de la population pourrait être infecté.

Comment savoir si j’ai contracté une infection à mycoplasme ou ureaplasma ?

Ces infections peuvent être détectée via un prélèvement urinaire, vaginal ou pénien.

Quel est le traitement à suivre pour soigner ce type d’infection?

Les cas d’infection à mycoplasme ou d’ureaplasma peuvent être traitées grâce à la prescription d’un traitement antibiotique.  

De nombreux antibiotiques fonctionnent en tant que synthèse de peptidoglycane, un processus qui fait référence à la destruction de la paroi cellulaire de la bactérie. Cependant, les cellules mycoplasmes et ureaplasma ne se composent pas de cette paroi et sont donc résistantes à la prise de cette catégorie d’antibiotiques.

Par conséquent, il sera nécessaire d’utiliser d’autres types d’antibiotiques pour traiter les infections à mycoplasmes et ureaplasma. Votre docteur sera à même de vous prescrire le traitement adapté, selon l’infection développée.

Pourquoi les infections à mycoplasme et ureaplasma ne sont pas classées comme IST ?

La pathogénicité (ou l’habilité de ces bactéries à provoquer une maladie) n’a pas encore été confirmée. En raison du manque de preuves évidentes, on ne peut pas affirmer que le mycoplasme et l’ureaplasma peuvent provoquer des problèmes de santé sur le long terme.

Les infections sexuellements transmissibles comme la chlamydia et la gonorrhée peuvent endommager les organes reproductifs et rendre vulnérable la zone infectée à d’autres infections dans le futur. Les effets sur le long terme des infections à mycoplasme et ureaplasma sont toujours inconnues.

Comment éviter la contraction des infections à mycoplasme et ureaplasma ?

La méthode à privilégier pour éviter la contraction d’infection et d’avoir des rapports sexuels sûrs, en utilisant un préservatif masculin ou féminin.

Maintenir de bonnes pratiques sexuelles peuvent vous aider à réduire le risque de développer des dommages sur le long terme ou à contracter des infections à répétition. Si vous êtes sexuellement actif, nous vous conseillons d’effectuer des dépistages à intervalle réguliers. En effet, de nombreuses IST sont asymptomatiques et à moins d’effectuer un test, il est impossible de savoir qu’on a contracté la maladie. Être testé régulièrement permet de suivre rapidement un traitement et d’éviter toute complication médicale.

Cependant, si vous avez des rapports sexuels non protégés (et que vous n’êtes pas pas dans une relation monogame) ou que vous pensez avoir contracté une IST, vous devez effectuer un test dès que possible.

Si vous souhaitez obtenir plus d’information concernant les infections à mycoplasme ou ureaplasma, nous vous invitons à consulter votre médecin généraliste.

Dernière révision:  23/11/2017 | Prochaine révision due:  23/11/2017