La pilule contraceptive combinée est disponible en France depuis 1967.

Depuis, le nombre de pilules contraceptives s’est démultiplié et ces dernières sont catégorisées sous 4 ‘générations’ différentes.

La principale différence entre ces générations est le niveau de progestérone qu’elles contiennent. Le niveau d’oestrogènes est toujours relativement faible et se présente sous la forme d’éthinylestradiol ou d’estradiol.

Pilule de première génération

La pilule de première génération a un taux particulièrement élevé d’oestrogènes et de progestatives. Ces pilules contraceptives se composent de versions artificielles de progestérone telles que noréthynodrel, noréthindrone, lynestrénol et ethynodiol diacetate, diacétate d'éthynodiole.

La première génération de pilule a engendré certaines craintes dont du au taux élevé d’hormones artificielles. Les pilules plus récentes contiennent une quantité plus faible d’hormones. L’unique pilule de première génération toujours disponible en France est la pilule Triella.

Pilule de deuxième génération

La pilule de deuxième génération a été commercialisée dans les années 1970 et contient une quantité beaucoup moins élevée d’hormones artificielles. Elles se composent de progestatifs tels que lévonorgestrel et noréthistérone. La majorité des pilules contraceptives actuellement prescrites contiennent l’un de ces deux ingrédients.

Les pilules de deuxième génération les plus connues sont Microgynon, Logynon ou Minidril.

Pilules de troisième génération

Les pilules de troisième génération sont apparues une dizaine d’années après la commercialisation des pilules de seconde génération. Cette catégorie de contraceptif est à base de progestérone comme norgestimate, désogestrel, gestodène ou acétate de cyprotérone.

Parmi les pilules de troisième génération, on trouve les contraceptifs Cilest, Varnoline, Jasmine ou Diane 35.

Pilules de quatrième génération

Cette catégorie de pilule combinée est la plus récente et contient une hormone progestative du nom de drospirénone.

Les contraceptifs Qlaira et Zoely sont des pilules de quatrième génération.

Comment choisir entre les pilules de différentes générations ?

Il existe un grand nombre de pilules à la vente et la plupart d’entre elles se distinguent par le taux d’hormones qu’elles contiennent et les effets secondaires que cela peut provoquer.

C’est pour cette raison que votre docteur décidera de vous prescrire une pilule contraceptive plutôt qu’une autre. Et si votre contraceptif provoquent des effets indésirables, il y a de fortes chances que votre docteur vous suggère une pilule contraceptive alternative.

Il est possible de trouver la pilule contraceptive qui vous convient tout en limitant le risque d’effets secondaires.

A travers la commercialisation des différentes générations de pilules, le risque de développer un caillot sanguin s’est accru. Et durant ces dernières années, les médias se sont emparés de ce problème de santé en suggérant que les nouvelles formes de pilules contraceptives étaient plus dangereuses pour la santé que les pilules de 2ème génération.

Plusieurs études scientifiques réalisées ces dernières années permettent de démontrer que seule une minorité de femmes développeront un caillot sanguin. Ainsi une étude britannique se fondant sur le suivi de 10 000 femmes pendant un an révèle que le nombre de femmes souffrant d’un caillot sanguin est de 2 pour les femmes ne prenant pas la pilule et que ce chiffre augmente de 5 à 12 pour les femmes sous pilule contraceptive.

Les antécédents familiaux et médicaux peuvent augmenter le risque de caillot sanguin et ces deux facteurs sont déterminants dans la décision du docteur de prescrire une pilule contraceptive combinée.

Les pilules combinées actuellement disponibles sont plus que sures et les patientes ne doivent pas être inquiètes à l’idée de suivre une contraception sous forme de pilule combinée.

Si après la lecture de cet article vous avez la moindre interrogation, n’hésitez pas à en parler avec votre docteur. Il sera vous conseiller.