Si vous achetez pour la première fois votre pilule contraceptive, vous pouvez vous demander laquelle choisir. Car au fil des années, les laboratoires ont développé un très grand choix de pilules contraceptives et il peut être compliqué de s’y retrouver.

Chaque patiente est unique, a des besoins différentes et aucune des pilules contraceptives sur le marché ne conviendra à toute.

Certaines femmes sont plus sensibles que d’autres aux hormones et ont ainsi plus de probabilités de développer des effets secondaires. Alors que d’autres sont moins sensibles et auront besoin d’une dose hormonale légèrement plus élevée. Enfin, certaines patientes profiteront de leurs pilules pour soulager et traiter les symptômes particuliers comme l’acné ou des règles douloureuses.

Et parce qu’il existe beaucoup de pilules à la vente, différentes les unes des autres, il est tout à fait possible que plusieurs essais soient nécessaires avant de trouver la pilule qui vous correspond.

Il est aussi possible que votre pilule contraceptive deviennent moins efficace suite aux changements de votre corps et qu’il soit nécessaire de commencer une nouvelle pilule.

Comment savoir la pilule qui vous convient ? Nous avons rédigé ce guide afin de vous offrir une information complète et claire sur les différentes pilules contraceptives actuellement disponibles et leurs spécificités.

La pilule combinée

La pilule la plus prescrite est sans aucun doute la pilule contraceptive combinée et généralement, par l’expression ‘pilule’, on désigne ce type de pilule contraceptive contenant deux hormones artificielles.

Ces hormones sont des versions synthétiques de progestérones et d’oestrogènes, deux hormones naturelles qui jouent un rôle déterminent dans le cycle menstruel et d’ovulation de la femme.

La pilule contraceptive a été mise au point dans les années 1960 et sera généralement prescrite aux femmes qui prennent la pilule contraceptive pour la première fois et qui n’ont pas de problèmes de santé particulier.

Parmi les pilules combinées, il existent différentes sous-catégories.

21 et 28 jours

La pilule contraceptive de 21 jours est à prendre sur les trois premières semaines du cycle menstruel et doit être entamée le premier jour des règles. Après 21 jours continus de traitement, s’ensuit 7 jours de pause avant d’entamer une nouvelle plaquette.

Parmi les pilules de 21 jours, on peut citer BiNovum, Levest et Lizinna.

Les femmes qui prennent une contraception de 28 jours doivent avaler un comprimé par jour, pendant 28 jours consécutifs et recommencer de suite une nouvelle plaquette (le ED après le nom du médicament indique que c’est une pilule de 28 jours).

Les 7 comprimés inactifs n’ont pas d’hormones de synthèse et n’ont donc aucun effet sur le corps. Ils permettent ainsi à la patiente de ne pas faire de pause dans son traitement contraceptif, ce qui facilite le suivi du traitement.

Logynon et Microgynon sont par exemple deux pilules contraceptifs qui existent sous forme 21 jours et ED.

Monophasiques et multiphasiques

Les pilules combinées peuvent aussi se différencier quant au niveau d’hormones qu’elles contiennent.

Par exemple, les comprimés des pilules monophasiques 21 jours contiennent tous le même niveau d’hormones.

Ainsi, tout au long des trois semaines de traitement, les comprimés délivreront une dose identique d’hormones. Les sept jours de pause jours correspondront aux menstruations.

Brevinor et Cilest sont deux pilules monophasiques appréciées des patientes et sont souvent prescrites par les docteurs comme première pilule.

Pour les pilules contraceptives biphasiques telles que BiNovum ou Synphase, il y a aura un changement du taux d’hormones délivrés.

Par exemple, la pilule 21 jours BiNovum contient 7 comprimés avec 0,5mg de noréthistérone (progestogène synthétique) et 14 comprimés se composant d’1mg de noréthistérone, augmentant ainsi le dosage après une semaine de traitement.

Ces types de pilules ont été développés pour offrir une alternative aux pilules monophasiques, qui peuvent causer des effets secondaires particuliers. Cependant, une étude scientifique révèle qu’en terme d’efficacité et de risque d’effets secondaires, il existerait peu de différences entre les pilules monophasiques et biphasiques.

Les pilules triphasiques, ont selon les termes scientifiques, une approche de 7/7/7. Ainsi, cette catégorie de pilules se compose de 28 comprimés et contient trois dosages différents qui changent environ chaque semaine.

Ces pilules permettent de simuler les fluctuations naturelles des hormones pendant le cycle menstruel et donc de limiter les perturbations hormonales et de réduire la probabilité de saignements utérins.

Le médecin prescrira une pilule triphasique comme TriNovum ou Logynon si une pilule monophasique a provoqué des effets indésirables chez la patiente. Mais il est important de noter qu’il est absolument nécessaire de respecter l’ordre de prise des comprimés, au risque de rendre la pilule inefficace. Cette condition rend la pilule triphasique plus contraignante que les autres pilules contraceptives.

Qlaira est un exemple de pilule quadriphasique et un cycle mensuel contient 4 niveaux différents d’hormones avec 4 comprimés actifs et 2 inactifs.

Ce type de pilule s’adresse aux femmes qui ont des saignements entre les règles. Mais certaines études ont démontré qu’en terme d’effets secondaires et d’efficacité, il y avait peu de différences entre les pilules quadriphasiques et les monophasiques.

Faible dose et dose standard

Pour certaines patientes, la dose standard peut provoquer des effets secondaires (comme des maux de tête, vertiges ou douleurs mammaires) ou tout du moins augmenter le risque d’effets secondaires.

Dans ce cas, la prescription d’une pilule contraceptive à dosage faible permettra de réduire la probabilité de développer des effets indésirables.

Triella est l’une de ces pilules contraceptives disponibles en version classique ou en dosage faible (30mcg et 20mcg d’esthinylestradiol).

La pilule Mercilon contient les mêmes ingrédients que Varnoline mais à dosage moins élevé.

Ainsi, la prescription d’un dosage classique s’adressera par exemple aux femmes qui veulent traite leur acné.

Les données disponibles sur le sujet sont relativement incomplètes mais semblent suggérer que les effets des différents dosages hormonales sur l’acné sont presque identiques. Néanmoins, certaines femmes trouvent que les doses plus élevées permettent de réduire leur acné, ainsi que l’abondance de leurs règles.

Pilules qui délivrent une contraception comme fonction secondaire

Certaines pilules contraceptives ont un agent actif identique à d’autres pilules combinées mais ne seront pas prescrites dans un but premier de contraception.

L’exemple le plus connu est la pilule Diane 35.

Cette pilule contraceptive a d’abord été prescrite comme contraceptif classique, mais dut au risque important d’effets secondaires, elle est désormais prescrite pour soigner l’acné quand des traitements autres tels que des antibiotiques n’ont pas fonctionné. La pilule Diane 35 peut aussi être utilisé pour réduire les excès de pilosité.

Cependant, ses qualités contraceptive en font une contraception efficace. Mais en aucun cas Diane 35 peut être prescrite à des patientes qui ne souffrent pas d’acné ou d’hisurtisme.

Les médicaments tels que Diane 35 ne peuvent pas être utilisés en complément d’une autre contraception hormonale car cela peut être néfaste pour la santé.

La micropilule

Connue aussi sous le nom de pilule progestative, la composition de la micropilule diffère de la version combinée dans le sens où elle contient qu’une hormone; une version artificielle de la progestérone.

Développée dans les années 1970, la pilule microdosée constitue une version toute aussi efficace et à moindre risque que les pilules combinées.

Parmi les multiples micropilules, on compte notamment Cerazette, Micronor ou Aizea.

Quand elles sont utilisées correctement, ces pilules microdosées garantissent un taux d’efficacité de plus de 99%, ce qui est comparable (et généralement équivalent) à l’efficacité des pilules contraceptives combinées.

A qui convient la micropilule ?

La micropilule ne contenant que de la progestérone, elle convient notamment aux patientes qui ne supportent pas ou sont sensibles à l’hormone oestrogène.

Ainsi, une patiente qui souffrent d’hypertension artérielle, qui à un historique relatif à la formation de caillot sanguin ou qui est en surpoids peut se voir refuser la prescription d’une contraception à base d’oestrogènes.

Les docteurs seront en outre plus enclins à prescrire une pilule microdosée aux femmes âgées de plus de 35 ans ou qui fument.

De manière similaire, comme cette catégorie de pilule ne contient pas d’oestrogènes, elle peut être prescrite aux femmes qui allaitent car le risque d'interférence entre les hormones synthétiques et le lait maternel est moins important.

Néanmoins, la micropilule ne peut pas convenir à toutes. Et sa prescription sera contre-indiquée si vous prenez d’autres traitements en parallèle comme des antibiotiques par exemple.

Il est aussi important de noter que le délai dans lequel les comprimés doivent être avalés est plus restreint. Ces derniers doivent être pris dans un créneau de trois heures d’intervalle avec l’heure habituelle. Dans le cas contraire, la pilule perdra de efficacité.

La micropilule peut aussi générer des saignements entre les menstruations plus fréquents et des règles irrégulières.

Mais ces inconvénients sont négligeables, notamment si vous ne tolérez pas les oestrogènes. La micropilule est une alternative efficace et à moindre risque que la pilule combinée classique.

Existe-t-il une différence entre pilules génériques et pilules de marque ?

Comme pour tout autre type de médicaments, les pilules contraceptives génériques sont sujettes aux mêmes standards de fabrication et de distribution que les pilules originelles.

Et comme le rappelle l’Agence Française de la Santé, l’efficacité des pilules génériques est identique aux pilules de marque.

Cependant, il arrive qu’en termes d’effets secondaires, certaines patientes reportent des différences observées entre la pilule de marque et son équivalent générique. Néanmoins, ces différences n’altèrent pas l’efficacité de la contraception générique.

Avant de vous prescrire une autre contraception, votre docteur à l’obligation de vous consulter et de vous informer. Si vous pensez que votre pilule contraceptive ne vous convient pas ou génère des effets indésirables, parlez-en à votre docteur ou gynécologue.

Que se passe-t-il si vous changez de pilule contraceptive ?

Comme évoqué ci-dessus, le changement de pilule contraceptive peut stopper les effets secondaires provoqués par la pilule précédente.

Si vous commencez une nouvelle pilule, votre docteur vous donnera les instructions nécessaires. Il est possible que vous entamez immédiatement votre nouvelle pilule ou que vous attendiez le prochain mois, après avoir terminé la plaquette en cours.

Si vous changez de pilule contraceptive, il est important de noter que la nouvelle contraception peut ne faire effet qu’après plusieurs jours de traitement. Veuillez donc utiliser une contraception supplémentaire pendant cette période comme des préservatifs par exemple.