Fumer est néfaste pour la santé et  coûte cher, mais c’est aussi extrêmement addictif. Une étude en particulier permet de mettre cette difficulté en exergue. En effet, la moitié des fumeurs essayeraient d’arrêter chaque année mais seuls 2 à 3% d’entre eux atteindront leur objectif sur le long terme.

Plusieurs traitements médicaux sont disponibles pour aider une personne souhaitant arrêter de fumer. Certains de ces médicaments sont sous ordonnance médicale alors que d’autres sont disponibles en vente libre.

Cet article a pour but de détailler les nombreuses options existantes pour les personnes voulant stopper la cigarette.

Si vous souhaitez arrêter de fumer, le premier des conseils est de d’abord consulter votre docteur. Il pourra déterminer quelle méthode peut vous convenir. Vous pouvez aussi contacter le site internet tabac-info-service.fr, qui vous donnera toutes les informations nécessaires et les organismes à contacter.

Le Champix

Ce médicament se présente sous forme de comprimés et est uniquement vendu via la prescription d’une ordonnance.

Les comprimés Champix contiennent l’agent actif varenicline et appartiennent à la catégorie médicamenteuse des récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine.

Le Champix agit sur les récepteurs de la nicotine afin de diminuer les sensations de manque. Il aide aussi à bloquer les effets de la nicotine lorsqu’on fume, en réduisant la sensation de plaisir ressentie.

Comment suivre le traitement Champix ?

Le traitement initial doit durer au moins 12 semaines. Le patient suivra d’abord un traitement de départ, consistant à prendre la première semaine (avant d’arrêter de fumer) des comprimés dont le dosage est plus léger.

  • Pendant les trois premiers jours de la première semaine, il peut vous être conseillé d’avaler un comprimé blanc, une fois par jour (0,5mg)
  • Pendant les quatre derniers jours de la première semaine, votre docteur peut vous conseiller d’avaler un comprimé blanc (0,5mg), deux fois par jour
  • La deuxième semaine, la posologie recommandée est d’un comprimé bleu (1mg), deux fois par jour et d’arrêter de fumer lors de cette deuxième semaine
  • Votre docteur peut vous demander de continuer à suivre cette posologie pendant dix semaines complémentaires et d’ensuite réduire le dosage si vous avez arrêté de fumer

Le Zyban

L’agent actif de ce médicament est d'hydrochlorure de bupropion et est uniquement disponible sous ordonnance médicale.

Il permet de stopper l’absorption de dopamine et de noradrénaline par les neurotransmetteurs du cerveau. Ces deux substances contrôlent la sensation de joie et de satisfaction lorsqu’on fume. Parce que ces agents chimiques sont toujours actifs, les sensations de manque diminuent. Le médicament Zyban se présentent sous forme de comprimés à action prolongée et peuvent soulager les envies de fumer tout au long de la journée.

Comment suivre le traitement Champix ?

  • Vous devez commencer par avaler un comprimé par jour, pendant 6 jours et ensuite prendre deux comprimés par jour (à partir du jour 7 et ce, jusqu’à la fin du traitement). Le  traitement dure généralement 9 semaines
  • Si le traitement fonctionne, votre docteur peut vous recommander de l’arrêter ou de continuer le traitement, mais à dose réduite

Les thérapies de remplacement de la nicotine

Ce type de thérapie se présente sous de multiples formes et agit en permettant au patient de réduire sur deux/trois mois la quantité consommée de nicotine.

Toutes ces thérapies contiennent de petites quantités de nicotine, mais sans la fumée néfaste de la cigarette.

Certaines personnes arriveront à arrêter de fumer définitivement, alors que d’autres utiliseront régulièrement cette méthode pour réduire le niveau de tabac fumé.

Selon le profil du patient, le type de thérapie choisie évoluera.

  • Les patchs sont à placer sur la peau. Ils libèrent de la nicotine directement dans le système sanguin, pendant 16h à 24 heures
  • Les chewing gums et autres pastilles libèrent aussi de la nicotine, mais plus rapidement. Ils sont généralement utilisés pour contrôler les envies subites
  • Les sprays nasaux et inhalateurs libèrent une dose instantanée de nicotine. Ils sont moins discrets que les gums et les pastilles. Néanmoins, l’avantage de l’inhalateur est qu’il permet d’inhaler une dose de nicotine comme on le ferait pour une cigarette

Afin d’arrêter plus rapidement, de nombreuses personnes utilisent plusieurs thérapies de remplacement de la nicotine, sous forme de traitement de combinaison.

La majorité de ces types de thérapie est souvent disponible en vente libre. Demandez conseil auprès de votre médecin généraliste ou de votre pharmacien.

La cigarette électronique

La popularité des cigarettes électroniques depuis plusieurs années est un fait. Étant une invention relativement récente, il existe peu d’études pouvant confirmer leur efficacité et les effets sur la santé sur le long terme. C’est pourquoi leurs bénéfices (ou leurs risques) sont toujours sujets à débat.

Concrètement, ces dispositifs fonctionnent grâce à une batterie, qui chauffe et permet de libérer un liquide sous forme de vapeur. Ce dernier contient soit du propylène glycol ou de la glycérine. Dans les deux cas, le liquide se composera de nicotine. En outre, des saveurs peuvent être ajoutées.

La cigarette électronique est disponible en vente libre, dans de nombreux commerces, ainsi que sur internet. En raison de son succès, certaines régulations ont été mises en place par les institutions afin d’éviter tout danger pour le consommateur.

Que dit la recherche scientifique ?

Un rapport du gouvernement britannique, et publié en 2015, déclare que 95% des e-cigarettes sont plus sûres que les cigarettes classiques. Ce même rapport estime que 5% de la population britannique adultes utilisent des cigarettes électroniques, ce qui correspond à 2-3 millions de personnes.

En France, on estime à un million le nombre de ‘vapoteurs’.

Un report de The Cochrane Review de 2014 combinant les résultats de deux études déclare que la cigarette électronique est efficace pour arrêter de fumer. Néanmoins, plus d’études sur le sujet sont nécessaires.

En France,75,7 % des vapoteurs ont réduit sensiblement leur consommation de tabac, incluant 40 % d'arrêts complets.”