Apprendre qu’on souffre d’une allergie peut inquiéter. Une fois votre diagnostique officialisé, votre médecin vous encouragera à éviter autant que possible les substances responsables de vos symptômes allergiques.

Selon votre allergie, il est possible que certains ajustements concernant votre mode de vie soient nécessaire.

Régime alimentaire

Si vous êtes concerné par une allergie alimentaire, il est certain que vous devrez changer certaines de vos habitudes alimentaires.

Le meilleur conseil est tout simplement d’éviter les allergènes déclencheurs de vos symptômes. Ainsi, si vous réagissez aux cacahuètes, il est absolument primordial de les exclure de votre alimentation.

Néanmoins, ces précautions ne concernent pas uniquement les personnes allergiques aux aliments et toute personne allergique peut tirer avantage à changer ses habitudes.

Énormément de symptômes allergiques sont causés par la libération d’agents chimiques plus connus sous le nom d’histamines. Certains aliments contiennent un niveau élevé d’histamines, ce qui peut avoir pour conséquence d’aggraver les symptômes allergiques. Parmi ces aliments, on peut citer les agrumes, les tomates, le poisson, le porc et les épices.

Si vous établissez un lien entre un aliment particulier et vos symptômes allergiques, vous devriez l’exclure de votre régime alimentaire. Néanmoins, avant de réaliser de grands changements dans vos habitudes, pensez à en parler à votre docteur.

Le régime méditerranéen

Ce régime alimentaire est souvent cité comme étant le régime le plus sain pour la santé dans le monde. Il a la particularité de se baser sur des légumes frais, des fruits, des noix, du poisson et de petites quantités de viande rouge.

Après plusieurs années de recherches sur le sujet, on estime que suivre ce régime alimentaire permet de combattre l’hypertension artérielle, l’obésité et les maladies coronariennes.

En outre, le régime méditerranéen apporterait une protection contre l’eczéma, les allergies alimentaires et l’asthme. Néanmoins, d’autres recherches scientifiques sont nécessaires afin d’établir les situations dans lesquelles cette alimentation offre une réelle protection contre les allergies (tel que pendant la grossesse ou l’allaitement).

Probiotiques

Des études récentes se sont penchées sur les bénéfices des probiotiques comme traitement antiallergique. Maintenir une bonne santé digestive peut renforcer le système immunitaire, même si on ne peut pas encore expliquer le lien entre les deux.

Certains fabriquants vantent les bénéfices de leurs produits à base de “bonnes” bactéries, même si la science ne peut pas encore confirmer les bénéfices des produits alimentaires dits probiotiques. Selon l’Université de Harvard, le lien entre la consommation d’aliments probiotiques et le renforcement du système immunitaire est encore à prouver.

Si vous envisagez de faire certains changements dans votre régime alimentaire en vue d’améliorer vos symptômes allergiques, vous devez en parler d’abord à votre médecin. Il vous donnera les conseils adéquats et vous conseillera sans doute un spécialiste afin de ne pas prendre de risques pour votre santé.

Néanmoins, retenez que manger de manière variée et équilibrée vous gardera en bonne santé.

Pratique sportive

Avoir une activité sportive régulière est important quand on est sujet à des allergies. Selon votre allergie, il est néanmoins possible que vous changiez vos habitudes afin de diminuer le risque de réaction allergique.

Un nombre important de personnes allergiques développent des symptômes respiratoires comme un écoulement du nez, une gène respiratoire, une oppression thoracique ou des sifflements. Ces réactions peuvent parfois être aggravées par des difficultés respiratoires.

Lors d’un exercice physique, la respiration s’effectue plutôt par la bouche que par le nez. Cela peut poser problème car notre nez constitue un élément naturellement filtrant et qui augmente la température de l’air inspiré avant d’atteindre notre appareil respiratoire.

Respirez par la bouche signifie aussi que des allergènes potentiels peuvent plus facilement pénétrer dans notre système respiratoire.

Certains gestes peuvent vous permettre de réduire le risque de réaction allergique:

  • Échauffement
  • Si nécessaire, prendre votre médicament antiallergique avant de s’exercer
  • Vérifier la météo et les niveaux de pollen dans l’air
  • Être correctement équipé. Portez des vêtements adaptés et conservez avec vous votre inhalateur d’urgence ou votre EpiPen
  • Informez votre entraîneur de votre allergie

Si lors d’une précédent exercice physique vous avez été sujet à une crise allergique, il est conseillé de commencer votre entraînement de manière légère et dans un environnement sûr.

Les personnes souffrant d’allergie alimentaire induite par l’effort (AAIE) peuvent pratiquer une activité sportive régulière mais non intense. Ainsi, la pratique de la course à pied est clairement contre-indiquée quand on souffre d’AAIE.

Nager dans une piscine chauffée peut être une bonne option car cette pratique fait travailler l’ensemble du corps et la chaleur de l’eau et l’air humide réduit le risque de réaction respiratoire.

Il est possible que vous deviez essayer plusieurs sports avant de trouver celui qui vous convient.

Si suite à un exercice physique vous développez des symptômes allergiques, prenez le temps de pensez à la cause de votre réaction:

  • Quelle était la météo ?
  • Quel était le moment de la journée ?
  • Est-ce que le niveau de pollen était élevé ?

En vous posant ces questions, vous serez peut-être en mesure d’établir les conditions ayant déclenché vos symptômes. Cela vous permettra de prendre les mesures préventives nécessaires pour vous exercer en toute sécurité.

Mode de vie

La combinaison entre pratique sportive régulière et régime alimentaire équilibré vous aidera à achever et à maintenir un IMC normal.

Avoir un IMC normal est important pour tout le monde, pas uniquement les personnes concernées par les allergies. Des études scientifiques ont suggéré qu’être en surpoids ou être obèse, souffrir d’hypertension artérielle ou d’autres maladies cardiovasculaires peuvent augmenter la probabilité de développer certaines allergies, particulièrement chez les enfants.

Si vous êtes inquiet que votre allergie gêne votre mode de vie ou celui de votre enfant, parlez-en à un docteur.

Des médicaments permettent d’améliorer les symptômes allergiques et de réduire les crises. Mais le patient est aussi responsable et comme indiqué ci-dessus, il est nécessaire de prendre en compte son mode de vie parallèlement à son traitement médical, afin de vivre le mieux possible avec son allergie.